L'aspect désertique de ce lieu avait inspiré le Prince Napoléon qui, dans son livre "Une excursion en Corse (1891)", décrivait Casta et sa région en ces termes :

"C’est une région désolée et inculte de 16.000 hectares où l’on ne trouve pas un seul village ; sur la route on rencontre seulement quelques maisons de cantonniers ; on se sent comme perdu au milieu de cette immensité déserte. Sur le bord de la route quelques fontaines bien disposées fournissant l’eau au voyageur altéré."

Et pourtant Casta c’est bien plus que cela, pendant des siècles, ces vastes espaces ont été un véritable pôle agricole pour les régions voisines du Cap Corse, d’Asco, de la Balagne et du Nebbiu. Les Agriate appelés à tort désert, renferment des essences diverses. Son nom couvre un paradoxe: Agriate (ager) évoque des labours. De fait, ce fut jadis un pays agricole, bien cultivé, passant pour un grenier à blé; il était travaillé en été, fumé en hiver par les troupeaux d'ovins. Puis, après les deux guerres mondiales (peut être à cause du manque de relève!!!) les Agriate  ont  été peu à peu abandonnées, laissées au pacage puis au maquis, sur 16 000 à 17 000 hectares de terrains à la surface d'un vieux massif cristallin passablement accidenté, dont les altitudes montent à plus de 400 m (Cima d'Ifana, 479 m ou le monte Genova (423 m). Aussi loin que l’on remonte, on y trouve des milliers d’années d’histoire humaine. Sur les cimes de Campucardettu subsistent encore les ruines de la station thermale renommée et encore fréquentée au début du siècle. Une ancienne chapelle San-Salvadore, en ruine actuellement, se trouvait jadis à l’extrémité de Casta, au lieu-dit "Chjesa". D’autre part, sur le bord de la route, une petite chapelle attire l’attention des voyageurs et retient l’intérêt des habitants de Santo-Pietro et des alentours, car on y vénère, depuis très longtemps Saint Pancrace, patron des bergers.

Si de nombreux sentiers de randonnée permettent de sillonner les Agriate et d’admirer les paysages de cette région du Nebbiu, les vestiges du passé sont tout aussi intéressants à découvrir.On trouve, disseminés dans les Agriate, de nombreux restes de bergeries de pierres sèches, les pagliaghj (paillers).Pour y accéder il faut s'aventurer à pied, car ce territoire est dépourvu de routes, si ce n'est la piste qui mène à la plage de Saleccia.




Monte Genova



Ruines de Campu Cardettu



Campu Cardettu au début du siècle

Mairie de Santo Pietro di Tenda- 20246 Santo Pietro di Tenda - 04 95 37 70 70 - Création site internet en Corse www.castalibre.com